TGC PUGNET

Le voyage de Kookaï

Un soir, en revenant du CSI de Genève, ,je trouve un fax qui me demande un devis de transport pour un cheval à destination de la Yougoslavie. Ce n’est pas une destination habituelle pour moi, mais je téléphone à M. Favre pour lui transmettre le coût du transport. Il s’occupera des papiers vétérinaires et je prend contact avec des transitaires en douane. Une fois tout réglé, on fixe la date de départ au 13 Janvier.

Lundi 13 Janvier: J’arrive à 8 heures chez Hervé FAVRE au manège de Villeneuve en Suisse pour prendre en charge, avec un van 4 places, Kookaï, un gentil cheval bai foncé; destination:Belgrade! Les papiers sont prêts, ,j’ai le numéro de téléphone de Vladimir qui sera l’interprète entre le propriétaire de Kookaï et moi.

Ayant organisé l’itinéraire le plus direct par l’Italie, la Slovénie, la Croatie et enfin la Yougoslavie, Kookaï et moi prenons la route vers 8h30, direction le port franc de Martigny ou il faut faire les formalités de douane, soit un T1 à destination de Triestre. Jusque là tout va bien, les papiers sont prêts vers 10h30 et je me dirige vers le tunnel du St.Bernard pour entrer en Italie; la route d’accès au tunnel est plutôt mauvaise (des camions ont glissé sur le verglas et  se sont “embrassés” dans un virage!

La route se poursuit sans problèmes et nous arrivons à Triestre le soir (780km pour cette journée).

Avec l’aide de Chantal BLANC, le cheval est logé dans un Centre Equestre et moi à l’Hotel.

Le mardi matin, en route pour le parking de douane de Fernetti. Le cheval doit être dédouané en Italie puis remis en douane en Slovénie. Je sors de la zone Italienne vers 10h après de multiples changements de parkings! Entrée dans la zone slovène; il ne faut pas oublier son passeport! On me l’a demandé au moins 5 fois! Prévoyant de longues formalités, ,j’ouvre les séparations du van afin que Kookaî puisse se détendre un peu.

Ensuite je cherche désespérément un transitaire qui veuille bien faire la mise en douane! Au 6ème bureau, enfin on veut bien faire les papier; alors commence une longue attente!

Vers 14 h, on m’annonce qu’il ya un problème!Lequel?Il y a un problème...c’est tout ce que j’arrive à savoir!Je retourne sur le parking pour nourrir et abreuver le cheval qui est inquiet ,perdu parmi des centaines de poids lourds. Je me rend aux bureaux ,j’attends jusqu’à....16 h pour m’entendre dire que je ne peux pas passer par la Croatie! J’apelle Vladimir qui me dit ,après de nombreux coup de fils,que la seule solution est de faire demi-tour et de passer par l’Autriche et la Hongrie!! Je veux bien, mais il faut être sûr de ne pas être refoulé aux autres frontières.

Mardi 17h, retour à la douane de Prosecco en Italie (spéciale pour le transit des animaux) sous escorte policière; il ont gardé mon passeport!

Kookaî est installé dans une grande stabulation avec beaucoup de paille (j’ai insisté!) et sous bonne garde des douaniers. Il a pour compagnie de centaines de petits veaux qui arrivent de Pologne. Je demande quand je pourrai repartir, on me répond:peut-être demain,ou après demain....problème...Il faut refaire un transit T1 vers la Hongrie,demain....

Je retourne au même hôtel que la veille, un peu angoissée quant-à l’issue de cette histoire.

Mercredi 15 Janvier: je retourne à la douane, m’occupe du cheval et vais voir où en sont les papiers. 8 heures: personne! Ils arrivent à 8h30, et décident qu’il faut faire une visite vétérinaire alors que ce n’est pas nécéssaire.

J’arrive à les convaincre, il me faut juste un document T1. Je vois défiler les camions de veaux, ils ont leurs papiers pour partir vers 11h, pas moi.

Kookaî est un peu stressé, il mange mais ne s’abreuve pas correctement.

Je tourne en rond dans le bureau du transitaire jusqu’à......13h!

Il faut avoir beaucoup de patience et les nerfs solides.

Enfin,on m’autorise à partir après avoir payé les frais de douane et une caution de 500 Euros. Un douanier m’escorte pour vérifier le chargement de Kookaï (qui monte très volontier dans le van) et ouvre les barrières. Je récupère mon passeport et en route vers l’Autriche en passant par Udine, Villach. Le paysage est magnifique avec la neige. La frontière Italie-Autriche passe inaperçue; vive l’Europe!

Après avoir passé Vienne,j’arrive à la frontière Hongroise à 20h.Il y a plus de 5 km de queue au passage des camions, alors je me faufile parmi les voitures.  J’en suis quitte pour aller à pieds faire tamponner les papiers chez le vétérinaire officiel. Il se trouve sur le parking P.L.à 1km de la douane! Il fait très froid, ,j’ai du mal à marcher tellement la route est verglacée.

Je suis accueillie par des militaires armés qui me demandent mon passeport d’une manière un peu brutale. Après avoir encore payé une taxe, les papiers tamponnés en main,je retourne finir les formalités en douane. Kookaï attends patiemment, il est vraiment brave: c’est son troisième jour dans le van!

Un petit coup de fil à Vladimir pour l’informer de la progression et à Chantal pour me remonter le moral qui n’est pas au plus haut et nous repartons: direction Budapest.

Je suis marquée par cette odeur de poussière de charbon qui vous prend à la gorge en entrant dans les pays de l’Est.

La route est verglacée, le brouillard très épais; à 50km de Budapest, les conditions de circulation étant trop dangereuse, je choisi de m’arrêter, avec l'approbation de Vladimir, dans un motel d’autoroute. N’ayant pas trouvé d’écurie susceptible de loger Kookaï,j’aménage un box dans le van  (heureusement que c’est un maxi 4 places!). Le cheval a suffisemment de place pour se tourner et même se coucher; je lui donne son aliment et du foin, puis vais chercher de l’eau au motel; il trempe son nez dans le seau, mais elle n’est pas très bonne à son goût. Quant à moi,je vais enfin prendre un peu de repos après un repas substantiel.

Jeudi 16, 8h, Kookaï a bien mangé, il est prêt à reprendre la route,moi aussi!

J’apelle Vladimir afin de lui donner l’heure d’arrivée à Tompa, dernière frontière avant la Yougoslavie, et où les propriétaires du cheval vont me rejoindre. Je repars sur une route pas très bien déneigée, avec un brouillard à couper au couteau; pas question de doubler,je suis patiemment une vieille “Trabant” qui se traîne à 35km/h.

A midi,j’arrive à la frontière. Je suis accueillie par deux militaires avec leur kalachnikov braquée sur moi! Ils me dirigent vers le parking de douane: passeport, cartes grises...on s’habitue!

J’attends que le vétérinaire de frontière veuille bien en finir avec sa pause, il vérifie les certificats sanitaires, met encore des coups de tampons et fais dédouanner le cheval ; à 13h je rentre sur le parking Yougoslave.

Téléphone de Vladimir, ils sont à 1/4 d’heure de la frontière.

Enfin, ils arrivent; c’est un vrai comité d’ accueil! Vladimir est accompagné de Mme et M.R. les propriétaires du cheval ainsi que leur écuyer.  

M.R.prend en charge toutes les formalités afin que Kookaï soit définitivement importé en Yougoslavie. On me reprend mon passeport, mes cartes grises et cartes d’assurance...

Nous attendons pour la visite véto yougoslave; le vétérinaire arrive vers 17h, un attroupement se forme autour du cheval; c’est une curiosité au milieu de tous les camions!

Enfin on me rend mes papiers et nous pouvons partir. Il reste encore deux bonnes heures de route pour arriver à Belgrade. Nous nous arrêtons à un restaurant où je suis conviée à déguster une succulente soupe de poissons et un goulasch hongrois de première qualité. J’apprécie beaucoup car jusqu’à présent,je n’avais pas vraiment envie de manger.

Dernière étape pour Kookaï; les conditions de circulation ne sont pas très bonne, mais nous arrivons enfin à l’hippodrome de Belgrade où se situent les écuries. Je sors Kookaï du van, il regarde autour de lui, étudiant ce nouveau paysage; on pourrai croire qu’il se demande où sont passées les Alpes!

Je suis soulagée, le cheval est arrivé en bonne santée et tout le monde est content, nous appelons Hervé FAVRE afin de le rassurer.

Avant de repartir le lendemain, je vais voir Kookaï; il faut bien avouer que des liens se sont créés entre le cheval et moi pendant ce périple de 2000 km semé d’embûches! J’ai l’impression qu’il me dit au-revoir, lorsqu’il s’avance vers moi, il me touche le visage du bout de son nez!

Je reprend la route, cette fois au plus court en passant par la Croatie. On sent encore l’empreinte de la guerre (villages détruits,reconstructions un peu partout). C’est triste. Il ne me faut que deux jours pour rentrer, les frontières se passent plus simplement,juste des contrôles de passeport et vérification que le van est vide. Je suis contente de retrouver ma petite famille.

Il m’aura fallu 6 jours et 3500 km pour effectuer ce transport alors que j’avais compté 3000 km et 4, au pire 5 jours! Je n’avais pas prévu toutes ces difficultés dues au “mauvais vouloir” des transitaires italiens et slovènes!

Un grand merci à Chantal BLANC qui m’a été d’un grand soutien.

Anne PUGNET